La jarretière

Jarretière

Les origines

Bien avant de devenir une tradition associée à la cérémonie de mariage, la jarretière était au Moyen-Âge un élément à part entière de l’habit des femmes. Avant l’invention des porte-jarretelles et des bas auto-fixants, les femmes nouaient ce ruban autour de leur cuisse, ce qui leur permettait de faire tenir leur bas en place. Il y avait donc deux jarretières, et non une seule comme on peut le voir aujourd’hui.

 

L’apparition de la tradition

Au Moyen-Âge, la jarretière de mariage est le plus souvent bleu et blanche. Ces couleurs symbolisent l’amour, la fidélité et la virginité, et sont encore les couleurs traditionnelles utilisées aujourd’hui.

A cette époque, la jarretière devient une manière de compléter la dot de la mariée. Le principe est simple : la jarretière est mise aux enchères. Les hommes enchérissent pour que la jeune mariée soulève son jupon et fasse apparaître sa jarretière. Les femmes, au contraire, enchérissent pour que son jupon redescende. Si l’enchère est remportée par une femme, la jeune mariée gagne le droit de garder la jarretière sur sa cuisse. En revanche, si le gagnant est un homme, il gagne le droit d’aller retirer la jarretière, parfois avec ses dents, et de la garder en porte-bonheur.

 

Anecdote : l’Ordre de la Jarretière

Curieusement, la jarretière a donné son nom à l’ordre de la chevalerie britannique le plus élevé : l’Ordre de la Jarretière (Most Noble Order of the Garter), créé le 23 avril 1348 par le roi d’Angleterre Edouard III.

L’Ordre de la Jarretière fut créé lors d’un bal. Le roi Edouard III dansait avec sa maîtresse, la Comtesse de Salisbury, lorsque la jarretière de celle-ci tomba au sol. Pour faire taire les rieurs, la roi ramassa la jarretière et la noua autour de sa propre cuisse.

L’ordre britannique existe encore à ce jour. Il comporte 25 membres, hommes et femmes, dont la devise est « Honi soit qui mal y pense » (Honte à celui qui y voit du mal) en souvenir du roi Edouard III.

 

Et aujourd’hui ?

Mise de côté pendant longtemps, la tradition de la jarretière revient peu à peu dans les pratiques. La jarretière unique est déclinée en de nombreuses couleurs et matières, souvent assortie à l’ensemble de lingerie, afin de séduire et satisfaire tous les goûts.

Toutefois, pour celles et ceux encore réticents à l’idée de mettre en oeuvre cette tradition, il existe de nombreuses alternatives ! Pour récolter le trésor sans trop se dévoiler, vous avez la possibilité de transformer les enchères en tombola ou en jeu de grattage afin de faire remporter la jarretière à l’un ou l’une des invités. Pensez donc à prévoir une jarretière de secours, exclusivement pour votre bien-aimé.

 

La seule limite est votre imagination !